RAZZIA URTOISE AUX CHAMPIONNATS DU MONDE DE PARACYCLISME SUR PISTE

Déjà auréolé de deux titres européens sur route, d’un titre mondial sur route et de deux titres mondiaux sur piste en valide, nos urtois ont répondu présent sur les championnats du monde de paracyclisme sur piste, le dernier rendez-vous de la saison, avec six titres, deux médailles d’argent et deux de bronze !

Heïdi Gaugain, confirme son statut de grand espoir du cyclisme et du paracyclisme

À quelques jours de fêter ses 18 ans, Heïdi a une nouvelle fois marqué les esprits en se qualifiant pour la finale de la poursuite individuelle. En s’invitant au milieu des principales favorites, toutes présentes, elle se positionne comme une prétendante à une médaille aux prochains Jeux Paralympiques de Paris 2024. Au-delà de sa 2ème place, c’est le temps réalisé de 3’41,3 sur 3000m qui attire toutes les attentions sachant que Heïdi est encore junior ! Sa régularité sur l’ensemble des 4 épreuves, lui a permis de se hisser à la 3ème place de l’omnium. « J’avoue que la saison a été très longue. La fracture de mon poignet en mai m’a certainement aidé à tenir jusqu’à ces championnats. Il a fallu que je me remobilise après les mondiaux valides de Tel Aviv. Mon début d’année scolaire à l’université n’est pas simple non plus mais heureusement l’équipe pédagogique de l’IUT de Bayonne m’accompagne vraiment dans mon double projet. Mon staff m’a mis dans les meilleurs conditions physiques et surtout mentales pour être à la hauteur de nos attentes. Ma poursuite a été un grand moment, car au-delà de mon record personnel sur la distance, j’ai eu beaucoup d’émotions avec la présence de nombreux supporters venus de la Mayenne, à l’initiative de mon père, pour m’encourager. Je mesure la chance que j’ai d’avoir autant de proches qui me suivent. Maintenant, je n’ai qu’une hâte, me reposer avant de me remettre au travail », nous déclarait Heïdi.

Alexandre Léauté, quadruple champion du monde !

Alexandre a littéralement dominé sa catégorie. Au-dessus de ses adversaires dans tous les domaines, il confirme ses résultats acquis aux derniers Jeux Paralympiques avec 4 titres mondiaux et 3 records du monde qui sont le fruit d’une année de travail mais surtout des 4 saisons passées au Pôle Espoir de Paracyclisme. Une structure formatrice et détectrice de talents, fière d’avoir amené Alexandre à un tel niveau. Le staff du pôle peut être satisfait de son accompagnement prouvant une nouvelle fois ses qualités et son savoir-faire dans le domaine de la Haute Performance.

Crédits photos : Jean-Baptiste Benavent & Didier Echelard

Dorian Foulon, 4 médailles dont 2 titres !

Dorian a enflammé le vélodrome. En remportant le 1er maillot arc-en-ciel de ces championnats, il a mis la délégation française sur de bons rails. Après ses titres de poursuite individuelle, mondial en 2020 et Paralympiques en 2021, il confirme son statut de spécialiste paracycliste de la discipline. Les nombreux hommages rendus par ses pairs donnent la mesure des performances réalisées par Dorian dans une catégorie d’un niveau proche des valides. Après une médaille (d’argent) qui lui a toujours fait défaut sur le scratch, il a réalisé un exploit en s’appropriant la médaille de bronze sur le kilomètre au milieu de spécialistes de la discipline. Sans conteste, il a remporté pour la deuxième année consécutive, le titre mondial de l’omnium. « Ma saison a été difficile. Entre problèmes de santé, perte de motivation et de nombreuses chutes, j’ai beaucoup douté. Il a fallu quelques claques pour que je me remette en selle et reprendre les bases, celles qui m’ont permis d’être ce que je suis aujourd’hui. J’ai commencé à revenir sur les mondiaux route en août mais les France piste valides à Hyères m’ont vite ramené à la réalité. Avec mon staff, j’ai travaillé d’arrache-pied en multipliant les stages piste. Je dois ces résultats au soutien de ma famille, de mes proches sans oublier toute l’équipe du pôle », nous confiait Dorian avant de prendre des vacances bien méritées.

NOTRE BILAN

2022 se termine de la plus belle des manières avec un record de titres et de médailles pour le Pôle Espoir de Paracyclisme et Urt Vélo 64. Christophe Dizy, l’entraineur de la structure, nous livre son bilan. « Je suis particulièrement satisfait de nos résultats sur ce mondial qui en disent longs. Un an après les Jeux de Tokyo et à la maison, il fallait confirmer notre potentiel à être prêt pour les grands événements. Avec 3 coureurs sélectionnés, nous ramenons les 6 médailles d’or de l’équipe de France et 4 médailles (2 en argent et 2 en bronze) soit comme l’a si bien calculé notre président, 100% des titres mondiaux et 67% des médailles individuelles de la nation ! On n’oublie pas non plus la médaille d’argent de la vitesse par équipe composée de deux urtois sur 3 coureurs ! Suffisant pour se réjouir bien sûr mais aussi pour souligner que ces résultats ont été réalisés grâce à un staff composé de professionnels qui se dévouent bénévolement toute l’année. Des experts aux services de nos sportifs, qui leur apportent leurs expériences et leurs compétences dans le seul but d’optimiser leur performance. Des résultats qui doivent aussi faire réfléchir dans la manière dont on est accompagnée et de considérée notre structure, loin d’être au cœur du dispositif ».

HEÏDI ATTEND SON HEURE

La jeune paracycliste en quête de reconnaissance chez les valides, trace sa route vers Paris 2024. Après une saison hivernale sur piste qui n’a pas laissé indifférent les techniciens nationaux de la FFC, Heïdi poursuit son itinéraire sur la route avec une réussite toute aussi remarquée.

Une 1ère victoire sur route en Coupe d’Espagne
Les objectifs fixés en début d’année ont toujours été très clairs pour Heïdi : Performer chez les valides avec les championnats d’Europe route et piste dans le viseur et pourquoi pas les mondiaux ? La néo urtoise est ambitieuse car elle est consciente que pour être médaillée aux Jeux Paralympiques de Paris, il faudra rivaliser avec les meilleures élites valides d’ici deux ans. « Ce sont quasiment les premiers mots que j’ai entendu de la part de Christophe Dizy, le responsable du Pôle Espoir de Paracyclisme, qui est aujourd’hui mon entraineur : Dans ta catégorie, tu n’as pas le choix, tu dois courir en 1ère catégorie voire plus en FFC pour espérer un podium Paralympiques ! Le ton était donné (rire). »

Heïdi s’est donc mise au travail dès son arrivée en septembre 2021, jonglant entre entrainements et cours en terminale car la jeune prodige prépare un BAC scientifique. Grâce à des aménagements d’horaires coordonnés entre le pôle et l’équipe pédagogique du lycée Louis de Foix à Bayonne, Heïdi dispose de demie journée de « libre » afin de s’entrainer. « Ce n’est pas toujours facile car je dois m’organiser en amont. Le plus dur c’est après un stage car je dois récupérer mes cours, c’est une double charge de travail. Heureusement, j’ai des camarades qui sont au top avec moi ».

Comme pour la piste, c’est de l’autre côté de la frontière, en Espagne, grâce à un calendrier féminin très dense, que la mayennaise d’origine a écrit les premières lignes de son palmarès 2022. 

Début mars, Heïdi a marqué les esprits en terminant 4ème junior mais surtout 14ème avec les élites sur un parcours accidenté. Elle enchaine le week-end suivant avec une 6ème place puis une 4ème place sur la 1ère manche de la Coupe d’Espagne Junior. C’est sur la 4ème manche de cette même coupe d’Espagne, que Heïdi a marqué les esprits. Décidée à bousculer les habitudes, elle s’est échappée dès les premiers kilomètres, seule, sans renfort tant son coup de poker était voué à l’échec. C’était mal connaître la pugnacité de Heïdi et cette volonté que les adeptes du monde handisport connaissent bien. Son audace a payé après 58 km d’effort solitaire devant un peloton d’une centaine de juniors et masters. Heïdi, saluée par un très nombreux public conquis à sa cause, a remporté la 1ère victoire de sa jeune carrière de la plus belle des façons sous les yeux de son papa et de sa sœur qui avaient fait le déplacement pour l’occasion. 

« J’ai passé un cap cette année au pôle. Je m’entraine souvent avec Dorian (Foulon), il partage son expérience du plus haut niveau avec moi et c’est un vrai plus. À Balmaseda, Christophe m’a demandé de travailler et d’essayer une autre tactique.  Je ne suis pas encore assez rapide au sprint même si je progresse dans ce domaine alors j’ai choisi de partir de loin mais j’avoue que c’était un peu suicidaire. J’ai savouré ce moment intense en émotions que l’on ressent quand on gagne pour la première fois à ce niveau ».

La pistarde est maintenant reconnue comme une routière de qualité dans la péninsule ibérique. Il faut maintenant en faire de même sur notre territoire. Après une manche de Coupe de France à Guegon en demie teinte, Heïdi a prouvé qu’elle pouvait aussi rivaliser avec les meilleures juniors françaises. En prenant la 7ème place de la 2ème manche et surtout en terminant avec le groupe de tête au miileu des élites et professionnelles, tous les espoirs sont permis dans la réalisation de ses objectifs.

« J’étais fortement déçue après Guegon, je sortais d’un gros stage à Anadia sur piste et route, cette manche n’était pas prévue mais dans notre stratégie, il fallait y aller pour me montrer en France. C’est donc revancharde que je suis allée à Chardonnay. J’ai suivi le groupe de tête mais je n’ai pas réussi à concrétiser au sprint. Le week-end prochain, j’ai décidé de faire l’impasse sur la manche de Coupe du Monde de Paracyclisme pour participer à ma 1ère coupe des nations juniors aux côtés des meilleures mondiales, c’est une chance inespérée et un niveau que je vais découvrir avec le pôle France piste qui m’accueille dans leur équipe. J’en profite pour remercier la Fédération Handisport et la Direction Technique Nationale pour leur compréhension et leur soutien dans ma décision ».

Heïdi est sur une pente ascendante et les deux mois à venir vont être importants que ce soit scolairement avec le Bac à passer que sportivement. 

Christophe Dizy, son entraîneur, nous fait part de son bilan de début d’année : « Heïdi progresse physiquement mais aussi mentalement. Elle n’a pas encore conscience de son réel potentiel. Nous avons travaillé sur plusieurs points notemment avec son préparateur physique, Jean-Marc ou notre spécialiste en biomécanique, Sylvie. L’équipe médicale sous la houlette du Docteur Andrès est très investie sans oublier les professionnels qui travaillent avec nous sur ses adaptations que nous sommes entrain d’améliorer. C’est un vrai travail d’orfèvre mais c’est aussi ça la Haute Performance. Grâce à l’Agence Nationale pour le Sport et les aides qu’elle attribue aux athlètes, nous avons les moyens de nos ambitions. Le groupe est dans une belle dynamique. Le club en lui-même s’est étoffé de nouveaux licenciés, Alexandre (Léauté) marche très fort chez les valides depuis le début d’année et ses résultats sont exceptionnels. Mathieu (Dupé), le partenaire d’entrainement du pôle, a réalisé un petit exploit sur la 1ère manche de coupe de France junior dans le Nord avec une 13ème place. Il sera d’ailleurs au départ du Tour de Gironde et au trophée du Morbihan, deux courses internationales avec le département et la Nouvelle Aquitaine, en attendant les futures compétitions sur piste qui lui permettront certainement de prouver son très fort potentiel. Enfin Dorian, qui a connu un début de saison difficile suite à des problèmes de santé, revient doucement à son meilleur niveau. Il est le moteur de l’équipe et un élément précieux pour le collectif et les jeunes ».

CHAMPIONNAT DU MONDE DE PARACYCLISME UCI SUR ROUTE A CASCAIS AU PORTUGAL

Organisés au Portugal, les Championnats du Monde de Paracyclisme UCI sur route proposaient à nos trois représentants (Alexandre et Dorian ainsi que Heidi qui rejoindra le pôle en septembre prochain) les épreuves du contre-la-montre et la course en ligne. Dernier rendez-vous avant les Jeux Paralympiques de Tokyo, les polistes avaient à coeur de confirmer leur potentiel.

Nos trois coureurs ont brillé sur le circuit automobile de Estoril et ils ont enrichis leur palmarès de nouveaux titres et médailles mais aussi celui de notre structure puisqu'en deux ans et trois championnats du monde (piste et route), ils ont remporté 2 médailles de bronze, 3 médailles d'argent et pas moins de 7 maillots arc-en-ciel !

MC2 // Alexandre double la mise. En ramenant les deux titres, Alexandre réalise un petit exploit tout en gardant son titre acquis sur route en 2019. Ajouté à son record du monde de poursuite réalisé en février dernier, Alexandre sera bel et bien le grand favori pour les deux titres Paralympiques à Tokyo. « L'objectif fixé était de remporter le titre du contre-la-montre car ce sera une épreuve paralympique (ndlr : le titre sur route est disputé avec 3 catégories dont l'une regroupe des coureurs avec un handicap moins important). Je suis vraiment heureux car c'est aussi ma 1ère victoire dans cette discipline. On a beaucoup travaillé avec Christophe et le staff du pôle pour en arriver à ce résultat. J'en profite pour remercier toutes les personnes qui m'ont soutenu. Après un petite pause, ma préparation pour les Jeux va reprendre, une dernière ligne droite qui s'annonce studieuse », nous rapportait Alexandre 

MC5 // Dorian créé la surprise. On savait que Dorian était un homme de l'effort solitaire. Après son titre de champion du Monde de la poursuite en 2020, il a enfin pris la mesure de ses capacités. Les études menées avec toute l'équipe du pôle que ce soit dans son positionnement ou dans la gestion de l'effort portent enfin leurs fruits. C'est une performance qu'il n'avait jamais réalisée jusqu'à présent. Il monte pour la première fois sur un podium dans cette discipline échouant à 2,5s du grandissime favori. En plus de son titre obtenu en poursuite sur piste, Dorian est lui aussi un prétendant à deux titres paralympiques à Tokyo ! « J'aime de plus en plus ce genre d'effort. Avec Christophe, mon entraineur, on a préparé ces championnats de la meilleure des façons. Que ce soit au niveau du matériel et le choix de mon nouveau vélo, rien a été laissé au hasard. Nous avons encore décelé des petits points à améliorer donc je peux me permettre de rêver pour Tokyo. En revanche, je suis assez déçu du scénario de la course en ligne. Je n'ai jamais pu m'exprimer tellement j'étais marqué par les autres favoris. J'ai déjà été surveillé mais jamais à ce point, c'était vraiment pénible », nous confiait Dorian

WC5 // Heïdi, la benjamine a déjà impressionné. Pour ses premiers championnats du monde, Heidi a réalisé une très belle performance en prenant la 4ème place du contre-la-montre. Originaire de la Mayenne et en suivi d'intégration au pôle de Urt depuis deux ans, elle a un potentiel prometteur qui la place déjà parmi les sportives à suivre dans une catégorie où les meilleures mondiales sont en élite chez les valides.  À 16 ans, Heïdi a déjà les yeux fixés vers Paris 2024 car trop jeune en âge, elle ne peut être sélectionnée pour Tokyo. « C'était une belle expérience à vivre. Je suis satisfaite sur plusieurs points et particulièrement sur la façon dont j'ai abordé les épreuves. Certes, je n'avais pas de pression car je savais qu'un podium relevait d'un véritable exploit mais confirmer ma coupe du Monde à Ostende était important pour la suite. Je tiens à remercier Justine mon entraineure, pour m'avoir accompagner jusqu'ici. En septembre, j'intègre le pôle à Urt, je pourrai ainsi me consacrer pleinement à mes études et au cyclisme de haut niveau », nous rapportait Heidi

Le bilan de l'entraineur du pôle, Christophe Dizy. « Les résultats sont à la hauteur des objectifs que nous nous sommes fixés. Nous avons axé notre préparation essentiellement sur les épreuves chronométrées. A l'issue de Ostende qui était un bon test, nous avons exploité les données avec notre analyste, François-Xavier qui a apporté une touche finale à la préparation des garçons. Cette collaboration que nous allons développé, correspond parfaitement à mes attentes. Avec FX, nous parlons le même langage, nous avons la même vision du haut niveau, c'est très intéressant et surtout bénéfique pour les garçons et c'est bien le plus important. Nous avons aussi opté pour une mise au vert dix jours avant les championnats ici au Portugal. En éliminant les parasites et les distractions, on a pu rester focus sur les objectifs ».

Nous remercions nos fidèles partenaires et fournisseurs, toutes les personnes qui travaillent dans l'ombre, les collectivités territoriales, l'Agence Nationale du Sport et la Fédération Française handisport pour sa confiance 

Même si Alexandre et Dorian ont déjà leur pré-sélection pour Tokyo suite à leurs excellents résultats sur piste en 2020, il faut attendre la sélection officielle qui sera connue dans les prochains jours  pour rêver pleinement des Jeux Paralympiques. 

 

CONTRE-LA-MONTRE

COURSE EN LIGNE

  Alexandre  

Champion du Monde

  Champion du Monde  

Dorian

  Vice-champion du monde   
à moins de 3s

6ème

Heidi

4ème

6ème

 

MERCI À NOS PARTENAIRES : Rotary, MASFIP, BS, Fuji, Carrefour Market Urt, ANS, Région Nouvelle Aquitaine, Conseil Départemental Pyrénées Atlantiques, Fédération Française Handisport, Sudouest, France Bleu Pays Basque, TVPI

COUPE DU MONDE UCI DE PARACYCLISME : Les polistes confirment leur niveau

Après plus d’un an sans compétition internationale, le Pôle Espoir de Paracyclisme et Urt Vélo 64 ont participé à la 1ère Coupe du Monde UCI de Paracyclisme sur route de la saison à Ostende en Belgique du 6 au 9 mai 2021. Avec un effectif de 7 coureurs dont 3 en suivi d’intégration pour rejoindre le Pôle dès la rentrée prochaine, les polistes ont confirmé leur niveau international.

 

En MC5, Dorian Foulon continue de progresser dans une discipline qu’il affectionne, le contre-la-montre. Au-delà de sa 3ème place, on retiendra surtout les écarts minimes avec son éternel rival et ami hollandais, Daniel Gebru, vice-champion du monde du chrono, et le vainqueur, le français Kevin Le Cunff. Lors de l’épreuve sur route, Dorian a été l’un des principaux animateurs. Échappé pendant la quasi-totalité de la course avec 4 autres coureurs, le breton d’origine, n’a malheureusement pas réussi à suivre l’ultime attaque de Gebru. Présent dans un contre de 3 coureurs, Dorian a pris la troisième place. « À un mois de mon 1er objectif, les championnats du monde, je rentre de Belgique satisfait et motivé. Il me reste encore 4 semaines de préparation que je vais mettre à profit pour peaufiner ma condition physique ».

En MC2, Tout comme Dorian, Alexandre Léauté, avait fait de la Coupe du Monde un test intermédiaire. Avec un débours de 23 secondes sur le favori du chrono, Alexandre n’a jamais été aussi près de la victoire. Sur un parcours dénué de difficulté, il a fait jeu égal avec le belge Ewoud Vromant qui sera avec l’australien Hicks un de ses principaux adversaires aux mondiaux et aux Jeux Paralympiques de Tokyo. Sur l’épreuve en ligne, Alexandre a joué collectif en neutralisant ses adversaires et ainsi permettre à ses deux co-équipiers, Florian et Théo, de sortir du peloton. Malheureusement, ils n’ont jamais réussi à déjouer la vigilance des autres concurrents. C’est donc au sprint que la victoire s’est disputée avec Florian et Théo dans leur costume de poisson pilote, emmenant leur leader vers un nouveau succès de rang. « On a essayé de se créer des opportunités, Florian et Théo ont été dans tous les coups mais ils n’ont jamais pu sortir. Vu le travail qu’ils ont fait, je leur devais au moins de l’emporter. J’ai déraillé à 300m de la ligne mais j’ai réussi à revenir devant en passant dans un trou de souris pour terminer ce week-end avec une belle victoire pour l’équipe et le maillot de leader de la Coupe du Monde sur les épaules ». 

Théo Rocton de son côté doublait la place de 13ème sur le chrono et la course en ligne. « Je suis déçu car j’étais très bien sur le Tour des Flandres la semaine dernière. Je termine 2ème derrière Alexandre mais surtout devant Vromant et d’autres bons coureurs. Sur la course en ligne, on a essayé avec Florian mais le circuit trop plat n’était pas à notre avantage. J’ai pris conscience de mes capacités sur des parcours exigeants. Vivement que la route s’élève en Coupe du Monde ! ».

Florian Chapeau (en suivi d’intégraption au Pôle) quant à lui, accrochait pour la première fois un dossard sur une Coupe du Monde. Avec une 10ème place sur le chrono et la 14ème en ligne, les résultats du futur poliste sont prometteurs. « Je n’avais pas de repère sur le chrono et aucune référence donc j’y suis allé pour découvrir. Je suis satisfait de ma place car je ne suis pas encore à mon meilleur niveau. Ma préparation a été difficile en ce début d’année car la météo en Savoie ne m’a pas permis de m’entraîner comme j’aurais aimé ».

En MC1, Hyacinthe Aubery (en suivi d’intégraption au Pôle) participait à sa première compétition de paracyclisme et les résultats sont encourageants pour la suite. En effet, il prend la 11ème place du contre-la-montre sans avoir le matériel adapté. Du côté de la course en ligne, il était mélangé avec les catégories moins handicapées et il décroche la 8ème place. « J’ai découvert la compétition internationale et franchement ça me donne envie de continuer. J’ai hâte d’intégrer le pôle pour travailler et progresser ».  

En WC5, Heidi Gaugain (en suivi d’intégraption au Pôle), elle aussi, prenait le départ de sa première compétition internationale. À 16 ans, la plus jeune participante de cette Coupe du Monde (sur environ 400 engagés !) a terminé à une très prometteuse 2ème place sur le contre-la-montre. Concernant la course en ligne, elle a réussi à rester dans le groupe de tête cédant quelques longueurs à 20 km de l’arrivée. Au prix d’un gros effort, elle est revenue devant mais elle n’a pas pu faire mieux que 5ème au sprint. « Je suis très surprise de ma 2ème place sur le chrono. On avait regardé les forces en présence avec le staff et on visait un top 5. C’est beaucoup mieux mais je suis réaliste car il manquait les 3 meilleures mondiales au départ. Il y a encore du boulot pour rivaliser avec les cadors ». 

En MT1, David Geslot a enfin épinglé un dossard après deux ans sans compétition (ndlr : David n’avait pas eu l’autorisation de sortie de son établissement pour participer aux Championnats de France route en octobre dernier). Il avait à cœur de bien faire car pendant un an il n’a pas cessé de s’entraîner malgré les conditions difficiles et essentiellement sur home trainer. Sur le chrono, il obtient la médaille en chocolat en prenant la 4ème place. Sur la course en ligne, avec des conditions météorologiques assez compliquées et un circuit venteux, il obtient la 5ème place de sa catégorie. « J’ai fait au mieux mais je sens que je manque de travail technique. Faire du vélo dans un appartement, ce n’est pas la meilleure façon de préparer une Coupe du Monde. Je perdais trop de temps dans les virages, impardonnable à ce niveau de compétition ».

Pour conclure, Christophe Dizy, l’entraineur du pôle, nous fait un bilan du week-end. « Dans l’ensemble, le staff et moi-même sommes satisfaits des résultats. Nos deux coureurs en lice pour les Jeux de Tokyo ont une nouvelle fois démontré leur fort potentiel. Dans la catégorie de Dorian, il manquait le champion du monde du chrono mais le circuit des mondiaux et des Jeux seront à l’avantage de l’ainé des polistes. Idem pour Alexandre qui a le même profil et qui devrait être très proche du titre mondial sur le contre-la-montre dans un mois au Portugal. Nous sommes dans la dernière phase de notre préparation sans oublier l’objectif principal que sont les Jeux Paralympiques, dans notre ligne de mire. Chez les futurs polistes à l‘image de Heïdi et de Florian, les jours s’annoncent sous les meilleurs auspices. Déjà compétitifs, leur intégration au pôle va leur permettre de passer un cap qui doit les guider vers le chemin des Jeux de Paris 2024 ».

INFO SELECTIONS Nous avons l’honneur de vous annoncer que Heidi Gaugain (WC5), Dorian Foulon (MC5) et Alexandre Léauté (MC2), aux vues de leurs résultats sur la Coupe du Monde UCI de Paracyclisme, ont obtenu leur sélection pour représenter notre pays lors des Championnats du Monde Uci de Paracyclisme sur route au Portugal du 10 au 13 juin prochain. Félicitations à eux ! 

Nous souhaitons remercier nos partenaires qui nous accompagnent fidèlement dans nos aventures. Ces résultats sont aussi les leurs car leur contribution nous permet d’accompagner les sportifs dans des conditions optimales au quotidien et sur le terrain lors des compétitions.

Retrouvez toutes les photos ici